---
/ critique / L’oratorio fantôme de Gurshad Shaheman

Critique de Christophe Candoni

Après son triptyque autofictionnel Pourama Pourama, l’artiste iranien Gurshad Shaheman quitte le plateau dans Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète pour mettre en scène d’autres voix d’exilés. Il imagine pour cela un étonnant oratorio où guerre et amour résonnent à l’unisson.  Pourama Pourama s’est fait connaître comme une bonne adresse qu’on …

Lire la suite.

---
/ critique / Les tragédies modernes d'Olivier Py

Critique de Stéphane Capron

Olivier Py aime la tragédie grecque, il a traduit ces dernières années les sept pièces d'Eschyle, interprétant lui-même Prométhée enchaîné. Eschyle écrivait les tragédies par trois, le directeur du Festival d'Avignon reproduit le même schéma avec Pur Présent. C'est dans un nouveau lieu, La Sicerie, qu'est présentée la création 2018 d'Olivier Py, Pur Présent. Un …

Lire la suite.

---
/ critique / Le Grand Théâtre émancipateur de Madeleine Louarn

Critique de Vincent Bouquet

Après Ludwig, un roi sur la lune, la directrice de l'atelier Catalyse revient au Festival d'Avignon avec Le Grand Théâtre d'Oklahama. Plongée dans l'univers sombre et complexe de Kafka, cette proposition, moins limpide et poétique que la précédente, offre malgré tout un écrin théâtral exigeant à sa troupe de comédiens handicapés mentaux. …

Lire la suite.

---
/ critique / Deux corps-à-corps aux Sujets à vif

Critique de Christophe Candoni

Avec, à la suite, La Rose en céramique et L'invocation à la muse, humour tendre et sexe hard interrogent le manque et l'altérité au programme des premiers sujets à vif conjointement proposés depuis plus de vingt ans au jardin de la Vierge par la SACD et le Festival d'Avignon. …

Lire la suite.

---
/ critique / Anima Ardens, le trip tripal d'une tribu mâle

Critique de Christophe Candoni

Onze danseurs totalement nus entrent déchaînés dans la transe d'Anima Ardens, un spectacle du belge Thierry Smits. L'éloquence du corps incandescent fait l'intérêt d'une performance radicale qui se présente comme un rite exutoire. La nudité frappante des interprètes n'est pas de l'ordre de la banale exposition d'hommes livrés au regard comme jetés en pâture. Plastiquement belle, elle …

Lire la suite.

---
/ critique / Qui suis-je ? Le portrait d'un ado homo

Critique de Christophe Candoni

Dans le Off aussi s'interroge la question de l'orientation sexuelle largement abordée dans les spectacles proposés cette 72e édition du Festival d'Avignon. Au nouveau Théâtre 11 Gilgamesh Belleville, Qui-suis-je ?, présenté par la compagnie rouennaise Le Chat Foin, met en scène un pré-ado qui découvre son homosexualité. Assez juste et touchant. Tiré du roman de Thomas …

Lire la suite.

---
/ critique / L'hybride horde de Sasha Waltz

Critique de Christophe Candoni

Malgré un bel élan organique, la communauté mouvante et mutante de Sasha Waltz ne séduit pas complètement le festival d'Avignon. La chorégraphe berlinoise et profondément inspirée par cette ville, invente dans sa nouvelle création une cosmogonie nouvelle pour laquelle elle met en scène une quinzaine de danseurs. Très sollicités et investis en étranges créatures naissantes, ces derniers …

Lire la suite.

---
/ critique / OVNI(S), un objet scénique déconnecté

Critique de Christophe Candoni

Anecdotique aussi bien dans sa forme que sur le fond, la proposition déconnectée du collectif Ildi ! Eldi force le désintérêt. Si le mystère plane sur cet Ovni(s), ce n'est pas tant pour ses considérations paranormales que pour la place qu'il occupe dans la programmation du Festival d'Avignon. Sophie Cattani, Antoine Oppenheim et …

Lire la suite.

---
/ critique / Ahmed, un retour pour rien

Critique de Vincent Bouquet

Plus de vingt ans après sa première apparition au Festival d'Avignon, Alain Badiou et Didier Galas redonnent vie à Ahmed, cet homme à l'esprit farceur en lutte contre les maux qui gangrènent la société, mais le personnage n'a plus ni l'éclat, ni la pertinence d'antan. Telle cette flopée de « revivals » ratés, Ahmed …

Lire la suite.

---
/ critique / Alan Turing, héros masqué

Critique de Vincent Bouquet

Avec dynamisme, élégance et quelques facilités d'écriture, Benoit Solès redonne ses lettres de noblesse au mathématicien Alan Turing. Immersion dans la vie de ce génie bafoué, La Machine de Turing réussit efficacement son entreprise de réhabilitation. Alan Turing fait partie de ces héros que l’Histoire a préféré laisser dans l’ombre, à qui, de son vivant, peu de gens …

Lire la suite.

---