---
/ critique / Julien Gosselin, Don DeLillo et la face intime du terrorisme

Critique de Vincent Bouquet

Avec Joueurs, Mao II, Les Noms, Julien Gosselin confirme sa place de jeune prodige du théâtre européen. Spectacle-monstre d'une dizaine d'heures, à la maîtrise scénique renversante, il offre une magistrale plongée dans l'univers intellectuellement stimulant du romancier américain. Julien Gosselin est un ogre théâtral, capable de croquer des monuments littéraires, de les absorber pour les …

Lire la suite.

---
/ critique / Thyeste, le grand show tragique de Thomas Jolly

Critique de Vincent Bouquet

A seulement 36 ans, Thomas Jolly fait trembler les murs du Palais des Papes. Préférant le fantastique au gore, armé d'une lecture limpide, il transforme la pièce de Sénèque en un drame tout feu tout flamme, quitte parfois à en faire trop. Tel un signe annonciateur de vents mauvais, le mistral s’est levé dans la …

Lire la suite.

---
/ critique / La Reprise de Milo Rau, la quintessence d'un théâtre vrai

Critique de Christophe Candoni

Le metteur en scène Milo Rau porte à la scène le meurtre homophobe d'Ihsane Jarfi. En s'emparant du fait divers, il interroge l'essence même du théâtre et sa capacité à représenter l'extrême violence dans un spectacle bouleversant donné en première française au Tandem à Douai avant le Festival d'Avignon cet été, puis à Nanterre en septembre dans …

Lire la suite.

---
/ critique / François Chaignaud, l’autre Orlando

Critique de Philippe Noisette

Romances Inciertos, un autre Orlando est d’ores et déjà un des plus beaux spectacles du Festival d’Avignon. Et une consécration pour François Chaignaud danseur en état de grâce. Il fend l’air du soir, dans une cuirasse de pacotille, bondissant entre les platanes : c’est François Chaignaud, entouré de musiciens, et une heure durant il …

Lire la suite.

---
/ critique / Didier Ruiz met Avignon en Trans

Critique d'Anaïs Heluin

Selon son procédé de la « parole accompagnée », Didier Ruiz met en scène dans Trans (més enllà) des personnes transgenres. Et se fait ainsi le délicat passeur d’une parole marginalisée, à l’honneur cette année au Festival d’Avignon. Si toute vie est faite de métamorphoses, les leurs sont non seulement plus visibles, mais …

Lire la suite.

---
/ critique / Dans la cour d'école métaphorique de Koohestani

Dans Summerless donné à la Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon, l'auteur et metteur en scène Amir Reza Koohestani s'immisce dans l'apparente banalité du quotidien pour rendre compte en filigrane de l'état du monde iranien, tout en retenue et en statisme. La pièce se joue à huis-clos dans l'enceinte d'une cour d'école primaire, métaphore édifiante d'une …

Lire la suite.

---
/ critique / Iphigénie : Chloé Dabert se noie dans les flots raciniens

Critique de Vincent Bouquet

Au Cloître des Carmes, la metteuse en scène de 42 ans, tout juste nommée à la tête de la Comédie de Reims, signe un spectacle sans saveur, à la proposition scénique et dramatique plus que limitée. Chloé Dabert fait figure de nouvelle étoile montante du théâtre français. Lauréate du Festival Impatience 2014 avec Orphelins de …

Lire la suite.

---
Chloé Dabert: l'amour des textes et des acteurs

Interview de Stéphane Capron

La metteuse en scène Chloé Dabert, 42 ans, a été choisie pour succéder à Ludovic Lagarde à la tête de la Comédie de Reims. C’est la première femme à diriger ce CDN, après Jean-Pierre Miquel, Jean-Claude Drouot, Denis Guénoun, Christian Schiaretti et Emmanuel Demarcy-Mota. Elle sera sous les feux des projecteurs cet été au Festival d’Avignon avec la création d’Iphigénie …

Lire la suite.

---
/ critique / Didon, éternelle exilée

Critique de Christophe Candoni

Au festival d'Aix-en-Provence, Vincent Huguet offre un prologue inédit et une approche à la fois personnelle et universelle du Didon et Enée de Purcell dans une mise en scène classique mais de toute beauté aux couleurs de l'exil et de la Méditerranée. Sublimée par Sasha Waltz ou Deborah Warner dans des styles très différents, Didon et Enée est certes un …

Lire la suite.

---
/ critique / Ariane à Naxos en demi-teinte

Critique de Christophe Candoni

Figure phare du Festival d'Aix-en-Provence où elle a dernièrement présenté de somptueuses productions, Katie Mitchell ne convainc pas cette fois en livrant une Ariane à Naxos superficielle et prosaïque au Théâtre de l'Archevêché. Alors que Richard Strauss et son librettiste Hugo von Hofmannstahl s'amusent à introduire un opéra dans l'opéra et font s'interpénétrer les genres …

Lire la suite.

---
/ critique / Au-delà de la forêt, le monde avec Émilie Caen et Anne-Élodie Sorlin

Critique de Vincent Bouquet

Spectacle d'ouverture "jeune public" du 72e Festival d'Avignon, Au-delà de la forêt, le monde interroge la crise des réfugiés en Europe, à travers le regard d'un jeune réfugié afghan. Emmené par Emilie Caen et Anne-Elodie Sorlin, ce conte initiatique étonne par sa douceur et sa luminosité. Sillonner les routes turques enfermé dans le coffre d’une voiture, traverser …

Lire la suite.

---