Bonjour, cette semaine on vous invite à découvrir Jours tranquilles à Jérusalem à la Manufacture des Œillets au Théâtre des Quartiers d'Ivry. 

Il y a des places pour la représentation du samedi 2 février à 18h. Pour jouer, envoyez un mail à concours@sceneweb.fr avec vos coordonnées (et votre numéro de téléphone) qui seront transmises au théâtre. Les invitations (pour 2) seront à retirer le soir même. Bonne chance.

---
/ critique / Pas de théâtre au foyer, seulement la dure réalité

Critique de Christophe Candoni

A la MC93, de jeunes acteurs « issus de la diversité » donnent corps et voix à des mineurs rencontrés en foyer d’accueil d'urgence dans Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner, un projet théâtral porté par Christine Citti et Jean-Louis Martinelli. Elle est une présence humble et discrète sur le plateau. Plus observatrice qu'actrice. Elle s'assoit dans un …

Lire la suite.

---
/ critique / Zaï zaï zaï zaï : jeu de massacre sur haute fréquence

Critique de Vincent Bouquet

Au Monfort Théâtre, Paul Moulin s'approprie la bande-dessinée de Fabcaro et la transforme en fiction radiophonique. Un exercice savoureux d'humour noir. Après le roman, voire l'essai, y compris sociologique, c'est au tour de la bande-dessinée de damer le pion aux pièces classiques et de passer à la moulinette théâtrale. Pour représenter Zaï zaï zaï zaï, la fameuse …

Lire la suite.

---
/ critique / Warlikowski sonde la violence mâle de la prison

Critique de Christophe Candoni

A l'Opéra de Lyon, Krzysztof Warlikowski exacerbe la brutalité et la virilité musclées d'une prison contemporaine dans De la maison des morts de Leoš Janáček. Du dernier opéra de Janáček, la mise en scène signée par Patrice Chéreau en 2007, et reprise de nombreuses fois depuis, y compris après la mort de l'artiste, passe pour un …

Lire la suite.

---
/ critique / Robyn Orlin décape Pygmalion et Psyché

Critique de Christophe Candoni

Le duo féminin plein d'esprit et d'iconoclastie que forme la cheffe Emmanuelle Haïm et la chorégraphe Robyn Orlin revisite deux raretés baroques, Pygmalion de Rameau et L'Amour et Psyché de Mondonville dans une forme scénique aussi bien ludique que critique. Ce n'est pas la première fois que Robyn Orlin rencontre l'opéra baroque et y fait des étincelles. …

Lire la suite.

---
/ critique / Ruine, autoportrait en actes

Critique d'Anaïs Heluin

Co-fondateur du collectif Ivan Mosjoukine, dont l’unique spectacle De nos jours a marqué les arts de la piste, Erwan Ha Kyoon Larcher crée son premier spectacle personnel. Un surprenant solo où, pour dresser son autoportrait, l’artiste déploie des actes qui vont bien au-delà du cirque. On sait Erwan Ha Kyoon Larcher circassien depuis De nos jours du …

Lire la suite.

---
/ critique / Falk Richter perdu en Europe

Critique de Stéphane Capron

L’auteur et metteur en scène allemand Falk Richter dans son spectacle “I am Europe” créé  -en ce moment au Théâtre National de Strasbourg - a réuni sur scène 8 artistes issus de différents pays. Ils sont magnifiques. Un travail débuté il y a 4 ans pour interroger l’identité européenne à quelques mois des élections. Un spectacle qui manque de ligne …

Lire la suite.

---
/ critique / Rodolphe Dana habille Le Misanthrope en short bouffon

Critique d'Anaïs Heluin

Avec le Collectif artistique du Théâtre de Lorient qu’il dirige, Rodolphe Dana crée un Misanthrope dont la bouffonnerie de mauvais goût s’éparpille dans des directions multiples. Toutes loin de Molière. Avant même que ne commence le dialogue d’Alceste et de son ami Philinte, le caractère composite du Misanthrope de Rodolphe Dana déconcerte. Tandis que des lustres de …

Lire la suite.

---
/ critique / Léonce et Léna de Büchner, plus désorientés que jamais

Critique de Christophe Candoni

A Nanterre après Strasbourg, l'artiste suisse Thom Luz livre une version déconcertante de Léonce et Léna. Déconstruite, la pièce de Büchner se présente comme une fable fantaisiste et mélancolique sur une existence sans repère. De hauts murs blancs, délavés, défraîchis. Pas de portes. On entre uniquement par la fenêtre et en escaladant un radiateur piégeur. L'orage gronde dehors. La pluie …

Lire la suite.

---
Un Viripaev cosmique

Critique de Stéphane Capron

Insoutenables longues étreintes est la première production de Galin Stoev à la tête du ThéâtredelaCité, CDN de Toulouse, un texte du russe Ivan Viripaev sur le destin croisé de quatre trentenaires originaires de l'Europe de l'Est à la recherche de la paix absolue. Galin Stoev s'est fait connaître en France par ses mises en scène des grands …

Lire la suite.

---
/ critique / Nicolas Bonneau chez les femmes politiques

Critique d'Anaïs Heluin

Pendant plus de deux ans, le conteur, auteur et comédien Nicolas Bonneau est allé à la rencontre de femmes politiques françaises. Travail de fond dont rend très peu compte Qui va garder les enfants ?, succession de portraits qui peinent à s’élever au-delà des clichés. Avec sa compagnie La Volige fondée en 2006, Nicolas Bonneau s’est affirmé …

Lire la suite.

---
Le travestissement dans le théâtre de Marivaux

Histoire par Hadrien Volle

Actuellement en tournée, Yves Beaunesne met en scène Le Prince travesti de Marivaux. Cette histoire est celle d’un prince qui se déguise en aventurier pour explorer le monde et rencontrer l’amour. Le travestissement est commun dans le théâtre de Marivaux, mais quels sont les enjeux de ce dispositif ? Le travestissement est partout chez Marivaux, outre sa pièce …

Lire la suite.

---
Le Théâtre National de la Colline reprend les activités de la Fondation Jacques Toja

La Fondation Jacques Toja qui était présidée par François de Gaspéris a décidé de se dissoudre. Le Conseil d'Administration a décidé de confier les missions de cette fondation reconnue d’utilité publique Théâtre national de La Colline dirigé par Wajdi Mouawad. Première fondation reconnue d’utilité publique exclusivement au service de l’art dramatique, la Fondation Jacques Toja pour le Théâtre œuvre depuis …

Lire la suite.

---
Côme de Bellescize et la Compagnie Théâtre du Fracas reçoivent le Prix Théâtre Adami 2018

Le Prix Théâtre d’un montant exceptionnel de 35 000 € est attribué à Côme de Bellescize et la Compagnie Théâtre du Fracas. Côme de Bellescize et la Compagnie Théâtre du Fracas font suite à Jean-Christophe Blondel et la Compagnie Divine Comédie, lauréat 2017. Depuis 2012, ce prix a pour objet d’aider financièrement une compagnie pour la diversité de son activité, …

Lire la suite.

---